une application « anti-PV »

une application « anti-PV »

Juin 27, 2019 Non classé by admin

PV de stationnement : une appli pour échapper aux prunes

Application anti-pv

Les PV de stationnement sont un budget à part entière pour ceux qui travaillent dans les grandes villes. L’application communautaire No Tiket a pour but de signaler la présence d’agents verbalisateurs pour échapper à la sanction.

On connaissait les applications qui signalent la présence de zones dites « dangereuses » (comprenez, présence d’un radar), désormais ce sont les PV qui peuvent faire l’objet d’un signalement. Peut-être la fin d’un « calvaire » pour certains automobilistes, notamment dans les grandes villes, à l’image de Paris où la verbalisation a été privatisée.

L’application NoTiket est une application « anti-PV » qui signale pendant un laps de temps, la présence d’agents verbalisateurs dans votre secteur. Un moyen de frauder en ne payant plus son stationnement.

Comment ça marche ?

L’utilisateur peut acheter des « tickets » qui lui permettent de recevoir une notification en cas de verbalisation. Les 15 minutes sont facturées 1 à 2 tickets selon la ville, ils sont en vente sur les plateformes d’achat au prix de 5,99 euros les 100.

L’offre reste intéressante quand on connait le montant des Forfait Post-Stationnement (FPS) ou le coût du stationnement en lui-même.

Sur quoi repose l’application ?

Ce sont les usagers eux-mêmes qui renseignent l’application, en photographiant les FPS apposés sur les véhicules stationnés dans la rue. En échange, ils recevront des crédits transformables en chèque cadeau. Tout le monde peut signaler sur l’application, même les piétons, il faut juste que le ticket de FPS soit visible.

Créée en janvier 2019, l’application est désormais disponible dans l’ensemble de la capitale ainsi que dans 23 villes : Bordeaux, Boulogne-Billancourt, Caen, Clermont-Ferrand, Clichy, Dijon, Grenoble, Issy-les-Moulineaux, Le Havre, Levallois-Perret, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes, Neuilly-sur-Seine, Nice, Nîmes, Perpignan, Rennes, Saint-Etienne, Strasbourg et Toulouse.

Lire aussi : Eco l’eau fait tourner les moteurs à l’eau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
13 − 6 =