Avion : le nombre de vols s’envole et a raison du climat

Avion : le nombre de vols s’envole et a raison du climat

Juin 29, 2019 Ecologie, Economie by admin

La controverse à propos de la privation d’Aéroport de Paris a mis en lumière, entre autres, les importants enjeux financiers en cause. Car le secteur aérien ne connaît pas la crise. Au contraire, tant au niveau national qu’international, le nombre de vols et de passagers ne cesse d’augmenter, décuplant les nuisances locales et globales. Un décalage total avec l’urgence écologique.

En 2013, le nombre de passagers aériens avait franchi la barre symbolique des trois milliards sur l’ensemble des liaisons mondiales. Quatre ans plus tard, en 2017, c’est la barre des 4 milliards qui était dépassée. Un milliard de plus en 48 mois. La fuite en avant est manifeste. Quand bien même la croissance du secteur a ralenti en 2018 par rapport aux années précédentes, le nombre d’avions qui sillonnent le ciel ne cesse de progresser d’année en année de manière spectaculaire. Et ce n’est pas fini : les experts du secteur misent sur une importante augmentation du trafic au cours de la décennie à venir. Les chiffres et les principales tendances plaident en leur faveur.

Garuda Indonesia Airbus A300 B4

Or, selon le Réseau Action Climat, « l’aviation est, de tous les modes de transport, le plus émetteur de gaz à effet de serre. Le transport aérien émet 14 à 40 fois plus de CO2 que le train par km parcouru et personne transportée. Un vol aller-retour Paris-Pékin émet 1 239 kg d’émissions de CO2 par passager, soit l’équivalent des émissions d’une famille pour se chauffer pendant un an en France. » N’oublions pas que le fret aérien est lui aussi en hausse : 4,5 % pour l’année 2018.

Lire aussi : Eco l’eau fait tourner les moteurs à l’eau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
17 − 3 =